Visite au coeur de la filature Fonty en Creuse {le pays de la laine made in France}

fonty1

Hier j’ai passé une après-midi passionnante au fin fond de la Creuse (attention on ne dit pas de mal de la Creuse hein! foi de creusoise! 😉 ), à Rougnat exactement, au cœur de la filature Fonty. Avec Aline (alias Calinea 87) nous avons bravé les kilomètres (pas loin de 300km aller-retour quand même!) pour traverser la région et participer à un des rendez-vous de tricot-thé pour l’organisation du yarnbombing des journées de la laine à Felletin cet automne. Et ce rendez-vous mensuel avait lieu exceptionnellement dans la filature Fonty. C’est une autre Aline qui nous a fait visiter la filature, d’habitude non accessible au public. Et j’ai vraiment passé un moment passionnant! D’abord j’ai été vraiment touché par l’histoire de la filature, j’ignorais qu’elle avait eu autant de problèmes financiers après le décès de Jacques Fonty ces dernières années et je me suis dit que vraiment ça valait le coup d’acheter français (et creusois!) pour protéger un tel savoir-faire et des emplois aussi qualifiés. Et d’ailleurs bien que je m’étais dit que je repartirai sans rien j’ai quand même eu du mal à résister aux prix d’usine (la boutique de la filature est ouverte au public tous les mercredi après-midi) et suis repartie avec 10 pelotes de Fado, la laine issue des fameux « moutons noirs » réintroduits en Creuse ces dernières années.
Et puis Aline nous a parlé avec tellement de passion de son entreprise, à nous expliquer toutes les étapes, toutes les difficultés aussi de ce savoir-faire et de son modèle économique qu’on ne pouvait pas rester indifférent à cette histoire.
Voici en images quelques clichés de cette visite, jamais je n’aurais imaginé autant d’étapes entre le mouton et la pelote de laine que je tricote! Et les machines utilisées pour carder, filer, bobiner, sont réellement impressionnantes! j’ai vraiment envie de dire un grand merci pour ce joli moment et je vous publie vite d’autres photos des tricoteuses et de cet après-midi sur le blog du tricot-thé Limoges! Et si vous voulez suivre le projet de yarnbombing n’hésitez pas à vous abonner à la page facebook (clic).

fonty2

La laine arrive en balle et est stockée dans le noir le plus complet pour éviter « l’effet de lune » et de faire virer la teinte de la laine naturelle :

fonty3fonty4

Après avoir été lavée et débarrassée de ses impuretés, la laine est mélangée (selon le type de mélange de fibres voulu pour chaque qualité de laine) puis cardée dans une immense machine et transformée en « gâteaux » :

fonty12

fonty13

Puis Aline nous explique qu’elle est filée en continu et assemblée :

fonty14

fonty15

Puis on met la laine en écheveaux :

fonty16

fonty17

fonty5

Et voilà l’heure de la couleur! Avant de teindre les laines on dégraisse soigneusement les écheveaux :

fonty8

Les écheveaux sont « bâtonnés » avant d’être plongé dans les bains de teinture :

fonty6fonty7fonty9

Les écheveaux teints sont alors égouttés et séchés :

fonty10fonty11

Enfin voilà l’heure du bobinage et de la mise en pelotes :

fonty18fonty19fonty20fonty21

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Du yarnbombing à Limoges!

Oui des fois je me transforme en tagueuse de rue à coups de laine et de bandes de tricot! Mais...

Fermer